Soirée Frédéric Jacques Temple, le 13 janvier

Vendredi 13 janvier 2012, par Mots Passants

« Frédéric Jacques Temple, par lui-même »
C’est le titre donné par la Maison de la Poésie de Montpellier [1] à la soirée consacrée à Frédéric Jacques Temple, ce 13 janvier 2012 à 19 heures.
Ce poète est bien connu et apprécié des adhérents de Mots Passants, car nous le célébrons régulièrement par la lecture de certains de ses poèmes.
Nul doute que cette soirée, qui s’honorera de sa présence, sera un moment fort de rencontre.
N’oubliez pas de venir tôt, il risque d’y avoir salle comble !

Comme apéritif, voici un de ses poèmes, dédicacé à Lawrence Durell et extrait de « La Chasse infinie » publiée aux éditions Jacques Brémond :

Courage

Ô poète
raton-laveur
lavandière infatigable
ravaudeur obstiné
des mots
qui masquent la forêt
des bonheurs consignés
dans les matrices lointaines
des âges perdus
courage
lave brasse rince essore
bats sous lunes et soleils
tes millions de mots-lumière
et meurs
pauvre animal de Dieu.

_

Réagir à ce texte

4 Messages de forum

  • Frédéric Jacques Temple 31 décembre 2011 18:20, par Frédéric Jacques Temple

    Cher Monsieur, Merci beaucoup pour cette bonne surprise et pour votre amabilité dans la manière de me présenter. Je vous félicite vivement pour le travail accompli au service de la poésie, dont votre site donne une image très favorable. Je serai très heureux de vous rencontrer le 13 janvier à la maison de la Poésie. Cordialement, Frédéric Jacques Temple

    Répondre à ce message

  • Frédéric Jacques Temple, le 13 janvier… 14 janvier 2012 07:21, par Mots Passants

    Fort belle soirée à la Maison de la Poésie, qui encore une fois montre qu’elle mérite son nom. Salle comble, attentive. Accueilli par Jean Joubert, Frédéric Jacques Temple, « petit enfant » de 90 ans a mêlé humour, sérieux et intériorité au cours d’un superbe moment de poésie, à l’issue de laquelle il a dédicacé aux admirateurs venus l’écouter le dernier recueil publié aux éditions « Obsidiane », « Profonds pays », dont voici un tout bref éclat : "Anche Io Moi aussi je suis peintre sur le pont de l’Accademia je trempe la plume du calamar dans l’encre noire des seiches d’où s’envole un cormoran vers San Michele"

    Répondre à ce message