Le poète du jour

Dernier ajout : 21 octobre.

La poésie étant une denrée essentielle, vous trouverez ci-dessous de quoi alimenter votre ration quotidienne. Les auteurs et extraits sont sélectionnés et présentés par nos soins.

Derniers textes publiés dans cette rubrique

Attila József, poète du 11 mars 2016

Vendredi 11 mars 2016, par Jean Gelbseiden

No comment… Lire la suite »

Attila József, poète du 10 mars 2016

Jeudi 10 mars 2016, par Mots Passants

Qu’il nous soit pardonné cette présentation un peu longue ; elle nous a simplement semblé correspondre en tous points à la destination de « Mots Passants », faire passer les mots. Pour cela nous avons emprunté à la présentation du recueil « Le miroir de l’autre » cette citation de sa biographe Marta Vago : « Il adorait dire des poèmes. Pas seulement les siens. Jamais je n’ai entendu présenter des vers d’une façon plus simple, plus artiste et plus douée de sens. Il éclatait de joie triomphalement aux vers (...) Lire la suite »

Tristan Corbière, poète du 5 mars 2016

Samedi 5 mars 2016, par Jean Gelbseiden

The last, but not the least, ce poème de Tristan Corbière est un modèle de son attachement à la mer, et ce qui la borde : la Bretagne. Après avoir écrit des textes autour d’ « Armor », il se penche sur les gens de mer, dans le poème « Aurora », appareillage d’un brick corsaire. L’appel du large, consubstantiel des riverains de l’Océan, fait bien sûr penser à Victor Hugo, mais aussi à Marius, transfiguration méditerranéenne du matelot, du mousse, et de leurs destins. Marin à terre, comme se plaisait à se nommer Alberti, Tristan Corbière nous dresse ici un tableau réaliste et vivifiant de la vie quotidienne des embarqués volontaires et moins… Lire la suite »

Tristan Corbière, poète du 4 mars 2016

Vendredi 4 mars 2016, par Jean Gelbseiden

À la nuit succède inévitablement le jour… Enfin, jusqu’à une prochaine décision gouvernementale ! Ce dont se fiche éperdument Tristan Corbière. Son Paris diurne succèdera à travers les siècles à son Paris nocturne, avec le même talent. François Villon en amont et Rimbaud en aval sont sans doute les deux cadres qui l’entourent dans la galerie des portraits célèbres. Nous qui cherchons inlassablement les poètes vivants « in aeternam », nous n’avons qu’à nous servir dans notre patrimoine, avec l’espérance justifiée que cette initiative permette de réhabiliter les poètes, qui ne sont disparus que pour ceux qui ne les cherchent pas ! Lire la suite »

Tristan Corbière, poète du 3 mars 2016

Jeudi 3 mars 2016, par Jean Gelbseiden

Tiré du « Dossier », dernière partie du recueil « les Amours Jaunes », ce poème montre assez bien le rapport au monde du poète. C’est sans doute ce rapport au monde qui se perpétue dans l’esprit des poètes de toute époque et de tout pays, et qui les rend à la fois parias et si attirants ; d’ailleurs Tristan Corbière se définit, dans l’autoportrait publié en première de couverture du recueil, par une petite strophe : « …Peut-être à peu près un artiste / Peut-être un poète à peu-près / s’amusant à prendre le frais / au large de l’humaine piste… » Lire la suite »

Tristan Corbière, poète du 2 mars 2016

Mercredi 2 mars 2016, par Jean Gelbseiden

Gens de Mer, section suivante du recueil, comme son nom l’indique, est une ode à la mer, et aux gens qui la peuplent, bien vivants sur leurs coquilles de noix, ou bien ensevelis dans les flots tumultueux dans lesquels nous engloutissent parfois les remous moqueurs d’une vie rugueuse. Mais une ode à la manière de Tristan Corbière, faite de satires et de langues maritimes, empruntées à Guillaume de La Landelle (1812-18886) qui fut, outre l’ami de la famille Corbière, l’inspirateur du poète. Et nous allons passer un moment maritime avec le Mousse, poème allusif à « La Baie des Trépassés ». Lire la suite »

Tristan Corbière, poète du 1 mars 2016

Mardi 1er mars 2016, par Jean Gelbseiden

Autre exemple du talent de Tristan Corbière, la section « Raccrocs » de son recueil, où le poète glane ici et là des sujets de poèmes, où l’humour partage l’espace à la précision du verbe, à la justesse de l’observation. Ce qui fait de lui un poète totalement actuel, « absconsité » en moins… Lire la suite »

Tristan Corbière, poète du 29 février 2016

Lundi 29 février 2016, par Mots Passants

Les interruptions ont ceci de bénéfique qu’elles finissent toujours par s’interrompre… Sommeil de l’hiver, flémingite suraigüe, lassitude et jours passés sous la couette ; les excuses ne manquent pas, toutes plus fallacieuses les unes que les autres ! Bref, nous revoilà, animés des meilleures intentions ; nous reprenons ici notre pèlerinage poétique quotidien, et sans oublier que nous avons laissé ce pauvre Tristan Corbière dans la déréliction et l’abandon ! Puisse-t-il nous pardonner ; nous allons pour ce faire reprendre notre chemin avec un chapitre de son recueil « Les Amours Jaunes », intitulé « Sérénade des Sérénades », dont le Livre de Poche nous apprend que c’est une parodie des sérénades d’Opéra, telles que celle de Don Giovanni déguisé en Leporello. Bref, une manière pour Tristan Corbière de se moquer de cette époque et en même temps de mettre en scène sa distance aux sentiments humains, entre dérision et désillusion… Lire la suite »

Jacky Trotereau, poète de l’atelier poésie de Mots Passants

Mercredi 17 février 2016, par Mots Passants

Homme discret, à la barbe fleurie et au regard malicieux, Jacky Trotereau enchante les ateliers de sa présence et de sa gentillesse. Adolescent de quelque 80 printemps, il trouve encore en lui des raisons de vitupérer l’époque et les phénomènes plus ou moins sympathiques qu’elle génère… En voilà un exemple… Lire la suite »

Tristan Corbière, poète du15 décembre 2015

Mardi 15 décembre 2015, par Mots Passants

Considéré longtemps comme un poète de seconde zone, vilipendé par les intellectuels de son époque, Tristan Corbière n’a pas mérité la place qu’on lui a longtemps réservée ; malade dès sa jeunesse, décalé de sa génération, il lui faudra attendre quasiment la fin de sa vie, il meurt à trente ans, pour être enfin pris en compte dans la rénovation qu’il fait de l’univers poétique. On le considérera alors comme l’initiateur d’une écriture surréaliste, digne de Rimbaud, Verlaine et Lautréamont. Intéressant donc de visiter, ou revisiter pour ceux qui auraient auparavant eu l’idée saugrenue de se pencher sur son œuvre poétique, les poèmes rassemblés dans le recueil « Les Amours Jaunes » publié dans les Classiques de Poche, au livre de Poche Lire la suite »

Pages ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ...