HACKED BY Hydra

Dernier ajout : 26 avril 2016.

./Hacked By Hydra saz

PrivateRoom


./Powned By Hydra

Your Security is very low.

Admin, your server is very low for Security is bad <3

-> ( #FrenchAttacker ) <-

Gr3etz : Wezze - El_Linux2.0 - Ezerox - D3 - Hybride...

Derniers textes publiés dans cette rubrique

HACKED BY Hydra

Mardi 26 avril 2016

HACKED BY Hydra Lire la suite »

Walt Whitman « Song of Myself »

Mardi 5 avril 2016, par Sophie

Walt Whitman Poète et humaniste américain Né le 31 mai 1819 à Long Island, New York ; mort le 26 mars 1892 (72 ans) à Camden, New Jersey Biographie

  • 31 mai 1819 : naissance de Whitman aux États-Unis dans une ferme près de l’actuelle South Huntington, à Long Island.
Walt Whitman d’ascendance anglaise puritaine par son père et hollandaise et quaker par sa mère exercera divers métiers (typographe, instituteur, charpentier), mènera souvent une existence bohème et, en temps que journaliste, prendra des positions anti-esclavagistes. C’est donc en 1855 qu’il imprime lui-même ces « Feuilles d’herbe », recueil qui passe d’abord totalement inaperçu. Son influence sera déterminante, d’abord en Angleterre puis pour un grand nombre de poètes américains du XXe siècle.
  • 26 mars 1892 : mort de Whitman. Il est inhumé au cimetière d’Harleigh, dans une tombe qu’il a conçue. Une de ses citations est gravée sur le flanc d’un rocher au Parc provincial de Bon Echo en Ontario, au Canada. Ce sont ces trois vers d’un de ses poèmes :
My foothold is tenon’d and mortis’d in granite Mes deux pieds sont tenonnés et mortaisés dans le granit I laugh at what you call dissolution Je ris de ce que vous appelez dissolution And I know the amplitude of time. Et je connais l’amplitude du temps. Voici un extrait d’une lettre extrêmement élogieuse d’Emerson à Walt Whitman : « Je ne suis pas aveugle à la valeur du don merveilleux qu’est « Leaves of Grass ». Je trouve que c’est le plus extraordinaire trait d’esprit et de sagesse que l’Amérique a connu jusqu’à présent. » Lire la suite »

Annabel Lee, poème de Edgar Allan Poe

Mardi 29 mars 2016, par Sophie

Edgar Allan Poe : « Un poète maudit » 1809 – 1849 Poète, romancier, nouvelliste, critique littéraire, dramaturge et éditeur américain Une des principales figures du romantisme américain. Notamment connu pour ses contes — un genre dont la brièveté lui permet de mettre en valeur sa théorie de l’effet, suivant laquelle tous les éléments du texte doivent concourir à la réalisation d’un effet unique — il a donné à la nouvelle ses lettres de noblesse. Auteur à part, il est considéré comme l’inventeur du roman policier et nombre de ses récits préfigurent les genres de la science-fiction et du fantastique. Baudelaire disait de sa poésie qu’elle était : « quelque chose de profond et de miroitant comme le rêve, de mystérieux et de parfait comme le cristal » et qualifiait l’auteur de « vaste génie, profond comme le ciel et l’enfer ». Edgar Allan Poe débute sa carrière littéraire de manière humble par la publication anonyme d’un recueil de poèmes « Tamerlan et autres poèmes » (1827), signé « par un Bostonien ». Installé à Baltimore, il abandonne alors la poésie pour la prose. Son conte Le Manuscrit trouvé dans une bouteille (1833) obtient un prix et le fait connaître au sein de la coterie littéraire de Baltimore. Dès Juillet 1835, il devient rédacteur assistant au Southern Literary Messenger de Richmond. Il rédige des critiques, des comptes-rendus et des éditoriaux ainsi que des nouveaux contes et poèmes. C’est à ce moment-là qu’il commence à développer son propre style de critique littéraire. Un second recueil est ensuite publié « Al Aaraaf ». En 1837, il part s’installer à New York dans l’espoir d’y faire une belle carrière littéraire. Cependant réduit à la pauvreté, il continue à écrire et à publier des contes dont les Aventures d’Arthur Gordon Pynn, Ligea, La Chute de la Maison Usher, William Wilson et le Scarabée d’or. Enfin : ces contes lui apportent une certaine considération auprès d’un public choisi ! Son poème le plus connu « Le Corbeau » lui vaut enfin le succès en 1845. Durant les dernières années de sa vie, toujours menant une existence instable et pauvre, il compose une série de poèmes et d’essais. Un poème est resté célèbre Ulalumel (1847) et un essai intitulé Eurêka (1848). Le 07 octobre 1849, il meurt à l’hôpital suite à une crise de delirium tremens. Il entre dans la légende de poète maudit. Considéré en son temps comme un fou, il est à la fois apprécié comme un gentleman tranquille et travailleur. Son influence : Aux Etats-Unis et par le monde, en littérature mais aussi dans d’autres domaines artistiques (cinéma, musique) ou encore scientifiques, son influence a été et demeure importante. A titre d’exemple : en France, l’œuvre de Poe a une influence sensible auprès de Baudelaire, Mallarmé et Paul Valéry. Outre-Atlantique, ses contes ont souvent été considérés avec dédain. Au XXe siècle, « les Histoires extraordinaires » sont adaptées un nombre considérable de fois au cinéma. Mélancolie, mort, lamentations, maîtrise parfaite du rythme et des sonorités pour ses poèmes Climat gothique, sombre et ténébreux pour ses nouvelles captivantes ; parfois teintées de fantastique avec d’inexplicables et terrifiants phénomènes paranormaux. Mais toujours la mort qui plane et qui est omniprésente. Notes sur Annabel Lee Annabel Lee est le dernier des poèmes écrits par Edgar Allan Poe. Il est rédigé en 1849 peu avant sa mort mais ne sera publié qu’après celle-ci. Stéphane Mallarmé l’a traduit en français. Comme dans bon nombre de ses poèmes, il évoque la mort d’une belle femme. Le poème, écrit à la première personne, relate l’amour tragique entre le narrateur et une belle jeune fille, Annabel Lee. Le jeune narrateur est uni à Annabel Lee par un amour si profond que les anges en conçoivent de la jalousie et tuent la jeune fille. Mais dans cet amour plus fort que tout, le jeune homme ne cesse de l’aimer. Son amour unit son âme à celle d’Annabel Lee par delà la mort. Bien que le poème puisse se référer aux femmes qui ont fait partie de la vie de Poe, il semblerait qu’il l’ait écrit pour sa défunte femme Virginia Clemm, épousée lorsqu’elle avait 13 ans et décédée en 1847 à l’âge de 25 ans. Lire la suite »