Camus : l’Étranger, c’est les autres…

Dimanche 25 octobre 2009, par Administrateur

Il restera de Albert Camus né dans la pauvreté, l’image d’un militant et d’un résistant, tout comme celle d’un témoin engagé. Ce courage le mènera, à travers le combat pour une littérature superbe, de « l’Étranger », à « La Peste », de « Noces à Tipasa » à la merveilleuse confession inachevée au jour de sa mort, du « Premier homme », jusqu’à la suprême récompense du prix Nobel
Albert Camus l’obtient en octobre 1957 « pour l’ensemble d’une œuvre qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes ». Sans vouloir faire œuvre d’universitaires, ce que nous ne prétendons pas être, nous aurons la joie d’évoquer l’homme à travers les extraits lus de « l’Étranger », « La Peste », « Noces à Tipasa » et « Le premier homme ».

Vendredi 30 octobre à 18 h30
à « La Suite »,voir le plan
17 place du nombre d’Or
34000 Montpellier

Réagir à ce texte